avril 25, 2018

Adoption

VOUS ALLEZ OU VENEZ D’ADOPTER UN CHIEN ?
AYEZ LES BONS RÉFLEXES !

Tout d’abord, nous vous rappelons que l’adoption d’un animal n’est pas un acte sans conséquences. Cette décision doit être mûrement réfléchie et en accord avec les désirs de l’ensemble de votre famille. Accueillir un animal au sein de votre foyer représente un droit mais aussi des devoirs.

Rappel des besoins vitaux pour qu’un chien soit équilibré :

– Besoins physiologiques : manger, boire, faire ses besoins, dormir, être libre de ses mouvements (non attaché), être stimulé dans son environnement (jeux, balades), etc. En bref, tout ce qui touche à la vie de l’individu.
– Besoins de sécurité : un abri, un endroit où il se sent en sécurité.
– Savoir que son intégrité physique ne sera pas atteinte : JAMAIS de réprimande ni physique, ni psychologique (tout aussi important). Le chien doit savoir qu’en cas de danger il peut compter sur son être de référence (normalement son maître), d’où le besoin d’un comportement stable et apaisant de la part du maître (pas d’énervement, ni de colère, ni bien sûr de violence), le tout néanmoins accompagné d’un cadre, de repères (les rituels en font partie). Un cadre se pose mais ne s’impose pas.
– Besoin d’appartenance : à un groupe social, soit canin, soit humain, soit idéalement les deux. Attention donc aux chiens qui vivent constamment en chenil ou à l’extérieur ou même dans une pièce différente de la maison.
– Besoin de reconnaissance : avoir des interactions avec le reste du groupe, développer une vie sociale, rencontrer des congénères.

Comprendre son nouveau compagnon

Un chien qui vient d’arriver dans sa famille d’accueil ou chez ses adoptants est généralement en manque d’un ou plusieurs des besoins vitaux énoncés ci-dessus. S’attendre à accueillir le chien parfait est une erreur. Ce n’est pas parce que vous avez l’impression de le sauver qu’il sera immédiatement empli de reconnaissance envers vous. Il faut garder à l’esprit que c’est un être vivant qui a un passé plus ou moins heureux, qui a eu des expériences pouvant le rendre de nature plutôt confiante, craintive ou agressive selon différentes situations, et qu’il peut avoir reçu peu voire pas du tout d’éducation. Chaque chien a également son propre caractère pour lequel il faut parfois s’adapter, au fur et à mesure que l’on découvre ses réactions dans son nouvel environnement. La rapidité d’adaptation du chien dépendra donc de tous ces éléments.

Accueillir son adopté sereinement

L’arrivée de votre chien est un moment d’émotion (appréhension, stress, impatience, joie) autant pour vous que pour lui, d’autant plus si vous avez un ou plusieurs autres chiens. Si tel est le cas, la première rencontre est déterminante pour la suite de leurs relations et il est primordial de suivre un protocole précis. Il est important de prévoir un terrain neutre, avec tous les chiens détachés (à défaut en longe, sans tension), afin qu’ils puissent faire connaissance en toute liberté de leurs mouvements et s’exprimer avec leurs codes de communication.

Votre adopté ne se sentira pas tout de suite en confiance, il va d’abord vivre une phase de découverte de votre famille, votre mode de vie et vos règles. Vous ne le connaissez pas, il ne vous connait pas, votre relation doit s’installer. On compte en moyenne 3 à 5 jours pour une prise des premiers repères et 2 à 3 semaines minimum pour une intégration complète. Pendant cette période il faudra être prudent sur le risque de fugue du nouveau domicile, notamment en promenade et aux entrées/sorties de votre véhicule. Il est préférable de surveiller voire de stopper les jeux avec son ou ses nouveaux copains les premiers temps, de manière à ce que ceux-ci ne dégénèrent pas. Quelque soit son comportement, n’y voyez pas nécessairement un « problème ». La nourriture est par exemple un excellent moyen d’entamer le processus de confiance et d’apprentissage, surtout pour ceux qui ont vécu des expériences traumatisantes.

Votre comportement est très important pour son adaptation. Certains de vos gestes peuvent parfois être source d’incompréhension donc soyez patients avec vos chiens. Attention, on ne met pas de suite le chien au diapason sous prétexte de vouloir l’éduquer. Laissez-lui le temps d’aller à son rythme, sans le brusquer ni le contraindre. Il se peut qu’il ne se laisse pas approcher facilement ou même qu’il grogne. De cette manière là, il vous fait passer un message et il faut apprendre à l’écouter, à le respecter. C’est uniquement parce qu’il ne sent pas en sécurité et si vous le punissez cela confirmera ses craintes, il risque alors de ne plus vous prévenir de son inconfort la prochaine fois.

La plupart du temps, ce ne sont pas les chiens qui ont des problèmes de comportement mais les maîtres qui ont des lacunes en langage canin. S’informer et savoir se remettre en question sont des bases indispensables pour construire une relation saine avec son ami à 4 pattes. Et n’oubliez pas… à tout problème existe une solution !

Ne pas hésiter à contacter notre association

Nous vous conseillons vivement de vous faire accompagner par un éducateur canin lors de la première rencontre avec votre adopté, particulièrement si vous avez d’autres chiens à lui présenter. Notre équipe se propose de vous mettre en relation avec des professionnels pratiquant la méthode positive.

En cas d’urgence ou pour tout autre question, nos bénévoles se tiennent à votre disposition pour vous aider avec votre nouveau compagnon.

Fabienne : 06 27 17 17 72
Carine : 06 63 78 88 62
Mélanie : 06 73 91 11 69